Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2016

Formtion super 8

Regard Indépendant lance la production associative de sa nouvelle série de courts métrages en Super 8 à Nice.

Vivez l'expérience du film argentique ! L'équipe de l'association Regard Indépendant vous propose une nouvelle collection de films de court métrage autour d'un nouveau concept : Une page au hasard.

Nous proposons aux réalisateurs de travailler à partir de pages tirées au hasard (qui fait bien les choses) de livres dont Eh ! L'amour je te parle ! de Laventure (Ed. L'Harmattan) pour développer le scénario d'un court métrage de trois minutes.

Les films seront réalisés en Super 8 noir et blanc ou couleur sur le principe du « tourné-monté ». L’objectif de cette opération ludique est de montrer que la pellicule argentique est toujours créative à travers l'utilisation d'un format original dans un dispositif léger et économique. Son utilisation permet, outre son rendu inimitable, de découvrir ou retrouver l'intensité de la création cinématographique traditionnelle.

La collection est ouverte à tout réalisateur débutant ou confirmé. Seule condition : être membre de l'association en 2016. Chaque réalisateur sélectionné reçoit une bobine de pellicule super 8 destinée à la réalisation d’un court métrage autour du dispositif proposé. Cette année encore, nous travaillons avec nos partenaires de la Médiathèque de Cannes, l’association Metl L Film de Beyrouth et La Petite Marchande de Films de Caen.

Une journée de formation sera organisé au CLAJ (26 Avenue Scudéri, 06000 Nice) le samedi 9 avril 2016 de 9h00 à 17h00 autour du travail sur ce format spécifique, sur le principe du scénario du film collectif, et l'utilisation pratique du matériel.

super 8

Un atelier de trois séances (Samedi 2 avril, 28 mai et 11 juin) est organisé à la Médiathèque de Cannes (1 Avenue Jean de Noailles 06400 Cannes). L'inscription à la Médiathèque est obligatoire pour cet atelier.

L'association prend en charge l’achat de la pellicule et son traitement ainsi que la numérisation des films en vue de la version numérique. L'association met à disposition ses moyens propres pour le tournage.

La première des films de la collection 2016  aura lieu au cours des 18emes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice qui se tiendront en novembre 2016. L'association organisera la diffusion de la collection lors de ses manifestations ainsi qu'une édition en DVD et la mise en ligne sur notre espace Motionmaker sur Dailymotion

Contact :

Regard Indépendant

Vincent Jourdan, président

06 23 07 83 52 / regardindependant@gmail.com

24/02/2016

Le 19e Festival international des scénaristes

La 19e édition de Valence scénario, Festival international des scénaristes approche… Avec Nathalie Baye comme présidente d'honneur. Du 6 au 9 avril 2016.

valence

Une compétition internationale de films

Découvrez en avant-première une sélection internationale de longs métrages qui concourront pour les prix du Meilleur scénario et de la Meilleure musique originale.
Trophée : Encrier de Cristal

Une Compétition Création

Ayez un temps d’avance avec les présentations des projets de scénarios de la nouvelle génération d’auteurs pour le cinéma, la télévision et le web. L’occasion de découvrir avant tout le monde les films et séries de demain.
Trophée : Plume de Cristal

Nouveauté cette année : L’écriture interactive à l’honneur !
Laboratoire d’innovation et d’expérimentation, le Festival créé une nouvelle catégorie dans la Compétition Création consacrée aux projets interactifs et transmedia. Ce workshop « Création interactive », sera en miroir des workshops « Bible de télévision » (série télévisée), « Destins animés » (animation) et « Magic web labo » (série web)

Un marché : le MIIE (Marché interactif de l’image et de l’écrit)

Chaque année, vous êtes plus de 600 professionnels du cinéma et de l’audiovisuel à venir au MIIE - Marché Interactif de l’Image et de l’Écrit lors de rendez-vous personnalisés pour renouveler votre carnet d’adresses, initier des projets ou signer des contrats.

Formation et compagnonnage professionnel

 L’Espace Bleus : Vous êtes un auteur en voie de professionnalisation ? L’Espace Bleus est fait pour vous ! Un parcours spécifique et fléché sur le Festival pour appréhender votre futur métier et rencontrer des scénaristes et producteurs reconnus. L’occasion de se faire remarquer et d’intégrer son futur réseau professionnel.

Le parrainage des auteurs émergents par des professionnels confirmés et reconnus.

Valence scénario : des événements ludiques et conviviaux

Vivez le Festival de l’intérieur lors de multiples rendez-vous organisés pour vous : concerts, spectacles, cadavres exquis géants dans les bars de Valence, ateliers dans les médiathèques, soirées festives, etc.

Des rencontres exceptionnelles :
Chaque jour, vous avez rendez-vous avec une personnalité prestigieuse qui raconte son parcours et son rapport au scénario.

Une grande leçon de scénario : 
Un temps rare de partage et de transmission en compagnie de Jean-Marie Roth, scénariste de renom, théoricien et formateur en dramaturgie, auteur notamment du best-seller L’Écriture de scénarios.

Le site du festival : www.scenarioaulongcourt.com

04/02/2016

Le synopsis de Loreia

Océane, synopsis par Loreia

A l'aube, au mois de mars, sous une forte pluie, Océane 22 ans, jolie blonde lassée de jouer un rôle de gentille fille sage qui ne lui correspond plus, marche seule sur le bord d'une route de campagne déserte. Vêtue d'un k-way et chargée d'un gros sac à dos, elle à tout quitté derrière elle, famille, amis, études... pour parcourir la vraie vie, sans internet, sans téléphone, sans prévoir le lendemain. 

Elle se met au sec sous un abris-bus quand sans lui avoir rien demandé, une vieille 2cv s'arrête à sa hauteur. La portière passager s'ouvre, au volant, une inconnue lui propose de monter...

03/02/2016

Les synopsis d'Eleonore et Anne-Marie

Le vélo rouge

Élodie, 10 ans rentre de l’école. Sur le chemin elle rencontre son amie Méline qui pleure car son nouveau vélo a disparu. Elles décident de le chercher ensemble.
Elles rencontrent un vieil homme qui leur indique une direction à suivre. Arrivées au bout de la rue, les filles sont face à un mur ; elles cherchent une issue et tout à coup elles se retrouvent sous un chapiteau. Le spectacle va commencer

1 - Le désagrément

Une famille s’installe dans le sud de la France : Louis et Pauline les parents et leurs 3 enfants emménagent en centre-ville  dans un immeuble non loin du bord de mer. L’appartement est clair en étage et alentours les immeubles sont peu occupés en ce mois de septembre dans la petite station balnéaire. Pauline s’occupe chaque jour de ses 3 bambins dans la loggia transformée en nurserie.
Le couple reçoit un jour une lettre d’un certain M. Martin, les sommant de partir.
La rencontre avec la petite Agathe va tout changer.

2- Noël canadien

Alex Roy, père de famille canadienne désire passer les 23 et 24 décembre dans le parc National Jasper afin de vivre un week end de Noël dans la nature.
Au programme : camping, balades en raquette et observation des animaux sauvages.
La première nuit sous la tente est difficile, les enfants Jake et Lauren sont frigorifiés et font la tête mais Kate la mère reste positive car c’est le souhait de son mari de passer 2 jours au grand air dans la nature. Mais le 24 au matin, un vent glaçant se lève et il se met à neiger ; tout s’accélère lorsque le vent emporte la tente et Alex découvre qu’il a perdu les clefs de la voiture.

28/01/2016

Trois synopsis

 Alé, synopsis de Magali

Alé, jeune migrant sénégalais, vient d'arriver au camp de réfugiés de Campobasso, petite ville italienne sans histoire située dans la région du Molise.

Tous les matins il quitte le centre d'hébergement pour se rendre corso Mazzini où il vend à la sauvette des briquets colorés et divers petits objets.

Ce matin là, il aborde dans un italien très approximatif, un Monsieur d'une quarantaine d'année et lui propose un briquet. Sans même le regarder l'homme distrait, refuse tout en continuant son chemin. Arrivé au bout de la rue, il fait brusquement demi tour, revient rapidement sur ses pas, à l'endroit même où il à croisé l'enfant, cherche dans les ruelles voisine mais Alé n'est plus là.

La goutte d’eau qui fait déborder le puits, synopsis de Pierre-Louis

Un chirurgien-dentiste de 37 ans, incarcéré pour soi-disant attouchements sur sa fillette de quatre ans, est libéré ; Il a tout perdu : non seulement sa femme, sa fille, sa maison, son cabinet, son poste de conseiller municipal, mais également sa dignité, son identité masculine, il est en pleine misère affective et sexuelle. Pour se ressourcer il part faire un séjour dans un campement situé aux portes du désert marocain. Là, il fait la connaissance d’une petite Berbère à l’aube de ses dix-huit ans, elle est serveuse, elle réveille en lui des sentiments et des désirs qu’il croyait morts. C’est le coup de foudre…, un coup de foudre qui va l’anéantir… il a été pris au piège…

Ethérée, synopsis de Patricia

1774 , minuit dans le jardin du cimetière Saint Lazare à Toulon. Un homme vient de fracturer la porte d'un caveau de famille. Un cercueil l'intéresse particulièrement. Celui de la comtesse Rose De Pezenas, enterrée le matin même. Soudain l'homme détale en hurlant. Derrière lui la porte du caveau est restée ouverte.

 

07/01/2016

Atelier d'écriture de scénario 2016 à la Médiathèque de Cannes

L'association Regard Indépendant propose une nouvelle mise en place d'un atelier d’initiation à l’écriture de scénario de court-métrage dans le cadre de la Médiathèque de Cannes.

Première séance samedi 16 janvier à 14h00

L'atelier s'adresse à tous ceux qui souhaitent s’initier à la création cinématographique à travers les particularité de l'écriture de scénario et l'analyse filmique : public scolaire, étudiants, amateurs, cinéphiles de tous âges, passionnés d'écriture et de cinéma.

L’atelier sera structuré en 9 séances de janvier à juin, les samedi de 14h à 16h30.

Il sera suivi d'une soirée de lectures publique des scénarios réalisés à programmer en septembre-octobre.

Marilyn Monroe_reading and writing.jpg

Les participants seront invités à développer un scénario de court-métrage. L'atelier organisera l'échange interactif autour des travaux des participants : Lectures et analyses en commun, lectures critiques par les intervenants entre deux cours, réécriture et résolution des problèmes de récit.

Seront abordés les points suivants :

  • Le monde du court métrage en France : Son histoire, ses réseaux, le rôle des associations, les aides et les festivals.
  • Initiation pratique aux techniques de base de présentation et de rédaction d’un scénario de court métrage en s’appuyant sur des exemples concrets. Cette partie approchera les spécificités de la rédaction d’une continuité dialoguée. Initiation à la dramaturgie. Les différents schémas.
  • La proposition dramatique principale.
  • Les personnages.
  • Les dialogues.
  • Les différentes étapes de l'écriture : synopsis, traitement, séquencier, continuité dialoguée.
  • Lecture et analyse d’un scénario lors des commissions et par les producteurs.
  • Projection d'extraits de films et exemples concrets d'écriture cinématographique. Notions de mise en scène et de montage.

Blog : Le travail de l’atelier et le suivi des projets s’effectue à travers un blog sécurisé ouvert pour l'occasion : http://latelier.hautetfort.com/

Cet espace interactif permet d’assurer une continuité dans les échanges tout au long de l’année et de multiplier les informations, l’actualité du scénario et de diffuser de nombreux documents. Il sera animé par Vincent Jourdan, président de l’association Regard Indépendant.

Animateur : Vincent Jourdan, Président de l'association Regard Indépendant, organisateur des Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice, et Xavier Ladjointe, réalisateur, scénariste et programmateur à Regard Indépendant.

Organisation :

  • 9 séances de deux heures et demie de janvier 2016 à juin 2016
  • Horaire : Samedi de 14h00 à 16h30
  • Effectif : 12 participants maximum
  • Matériel : Tableau
  • Lecteur DVD + écran ou téléviseur
  • Inscription : Médiathèque de Cannes

Contact :

Vincent Jourdan

regardindependant@gmail.com

06 23 07 83 52

Christine Cecconi

Service vidéothèque

Médiathèque de Cannes

1 Ave Jean de Noailles

06400 Cannes

Tel : 04 97 06 44 83

26/10/2015

Un bon conseil

17/10/2015

Lectures de scénarios le 23 octobre à la Médiathèque de Cannes

La Médiathèque de Cannes, l'association Regard Indépendant, et le collectif Les Acteurs de Cannes vous proposent, le vendredi 23 octobre 2015 à partir de 19h00, une soirée de lecture publique de scénarios de court métrage.

Les textes présentés sont ceux travaillés au cours de l'atelier d'initiation à l'écriture de court métrage lors du premier semestre 2015.

Ils seront lus par plusieurs comédiens du collectif Les Acteurs de Cannes, Yann Lerat, Ann Lond, Ludivine Devane, Robbin Rodas et Magali Thomas, et en présence de leurs auteurs.

médiathèque de cannes, scénarios

Vous pourrez découvrir :

  • Comme sur des roulettes de Patricia Van Poppel
  • L'inconnue du canal de Gérard Moreau
  • Nouvelle vie de Sylvie Raoul
  • Temps de pose de Isabelle Zigmann
  • Le hasard frappe toujours deux fois de Laurence et Julien Barlier
  • Un visa pour la vie de Françoise Miran
  • Variations de Magali Thomas

La soirée, présentée par Vincent Jourdan, Président de Regard Indépendant et animateur de l'atelier,  sera l'occasion d'échanger sur le travail d'écriture pour le cinéma.

Entrée libre. 

Renseignements : Tél Médiathèque :+33 (0)4 97 06 44 83

04/06/2015

Le traitement de Françoise

Visa pour une vie, un traitement de Françoise. Vous pouvez réagir en commentaires.

BERLIN 1930

Il est 9 heures du matin.

Joseph monte dans le bus : il est vêtu d’un pantalon noir et d’une chemise blanche : il veut être le plus anonyme possible. IL porte une petite sacoche noire aussi dont il extrait son billet de bus .

Il est un peu endormi car il s’est levé très tôt, à 5 heures pour arriver le premier devant la porte du bureau qui délivre les visas pour l’étranger. Il est seul car la plupart de ses amis ont décidé de partir pour les États-Unis mais lui, c’est en France qu’il a décidé de partir.

Il est musicien et amateur de poésie : il sait que c’est en France qu’il pourra continuer le travail entamé à Berlin avec ses amis du théâtre ambulant. Il a eu la chance de côtoyer les artistes qui faisaient le lien entre plusieurs formes d’expression : le théâtre, la musique , le cinéma ; la poésie.

C’est le jour où on nous a interdit de jouer le théâtre de Brecht et qu’on est venu arrêter et malmener les comédiens qu’il a décidé de son départ ! C’est la directrice de la troupe qui s’est interposé et a fait sortir le comédien par un sortie inconnue de la police.

Il était déjà parti de sa Hongrie natale pour cela : il ne pouvait pas tester attendre que cela lui arrive : en tant que juif, il était dans les plus exposés.

Mais enfin, il l’a obtenu son visa pour la France et il lui tarde d’aller le dire à sa femme, une grande concertiste allemande qui l’a toujours soutenu et à ses amis de la troupe : ils ont tous rendez-vous dans un bistrot fréquenté par les artistes.

Il s’arrête pour acheter de quoi manger, tout en rêvant déjà de Paris.

Il arrive au lieu de rendez-vous : ils ont tous là.

Triomphant il leur dit : « Ça y est , je l’ai ! »

Tous les regards sont braqués sur lui : regards réjouis ou, regards envieux.

Joseph fouille sa sacoche , puis ses poches : son regard reflète l’angoisse

Dix fois, il effectue de nouveau la fouille mais il ne trouve plus le visa .

La désolation l’envahit :chacun donne son avis sur la façon dont il a perdu ce papier

Existentiel.

Sans écouter personne, joseph repart en courant, refait la route exacte en sens inverse.

Le marchande de légumes où il s’est arrêté s’étant absenté , il l’attend mais il n’a rien trouvé .

Tout le long de la route, il est de plus en plus stressé et se voit déjà partir en déportation.

Il scrute tous les trottoirs des rues où il est passé.

Il pense à toutes les musiques qu’il n’écrira pas .

Il ne reste que le bus : c’est son dernier espoir : mais au terminus des bus on ui dit que le bus qu’il a pris ne repassera que dans une heure.

Jamais une heure ne lui a paru si longue.

Comment a-t-il pu perdre ce papier !

Il a toujours été distrait : sans doute son manque de sommeil l’a desservi.

Il l’a regardé plusieurs fois dans le bus , encore étonné d’avoir réussi à l’obtenir , grâce à des appuis importants qu’il ne pourra mobiliser de nouveau car l’un d’eux n’est plus à Berlin.

Enfin le bus arrive : il reconnaît le chauffeur, le chauffeur l’aperçoit et lui crie :

« J’ai votre papier » !

Il l’embrasse, le pauvre homme ne sait comment se dégager de son étreinte

« Vous me sauvez la vie ! Venez boire un coup avec mes amis.

Mais le brave homme est fatigué par sa journée de travail et décline l’invitation.

Il comprend tout à fait la joie de joseph car il aimerait bien faire comme lui et partir à l’étranger car sa femme aussi est juive elle aussi.

Il lui lance juste : envoyez –moi des cartes postales !

C’est un visa pour la France.

Il est musicien et il est juif : il a eu tant de mal à obtenir ce visa !

Il n’y croyait plus et se voyait déjà dans un train pour la déportation.

Il faut absolument aller fêter ça avec les copains , jouer de la musique , chanter et danser avec eux.

Il fait des courses pour fêter dignement l’événement. 

Il passe chez lui pour commencer à ranger ses affaires car il veut partir au plus vite.

Il est tellement heureux qu’il n’arrête pas de chantonner.

Il en oublie presque l’heure du déjeuner alors qu’il a convoqué tous ses amis au bistrot habituel.

Ils sont presque tous là : il veut leur faire voir le précieux papier.

Il devient pâle, croit qu’il va s’évanouir : plus de trace du papier ! VOLATILISE !

Il n’écoute même pas les conseils des copains, part en courant comme un dératé et refait tout son parcours de la journée :

-son appartement…… RIEN

-les magasins ……… RIEN

-le bitume des différentes rues qu’il a parcourues….. RIEN

- les toilettes où il est rentré satisfaire ses besoins …… RIEN

- les bars où il est entré pour annoncer la bonne nouvelle aux amis par téléphone …..RIEN

Il a beau essayer de réfléchir … .C’EST UN TROU NOIR

18H30 GARE DES BUS

Son dernier espoir est le bus !

Il arrive au parking où se garent les véhicules

Le bus rouge qu’il a pris le matin n’est pas encore arrivé,

Au bout d’un certain temps qui lui parait infiniment long, le voilà, il le reconnaît

Il n’ose pas prononcer les mots magiques :

Avez-vous trouvé un papier officiel, mon visa quoi !

Un tourbillon de joie l’envahit, il croit que son sœur va exploser :

SON VISA EST DANS LES MAINS DU CHAUFFEUR.

03/06/2015

Master class cannoise

 

Masterclass organisée par la Maison des scénaristes à Cannes avec Thomas Bidegain et Noé Debré, scénaristes de Deephan de Jacques Audiard, Palme d'Or 2015. 

 

 

 

24/05/2015

Comme sur des roulettes

Comme sur des roulettes, traitement de Patricia. Vous pouvez réagir en commentaires.

Maternité de Cannes, 23 h, un camion se gare en catastrophe devant les urgences. En sort un homme visiblement dans un état de surexcitation qui inquiète au premier abord le gardien posté devant l’entrée quand un hurlement se fait entendre dans la cabine. Les deux hommes arrêtent leurs palabres et se précipitent vers le véhicule. L’homme et le gardien s’aperçoivent avec horreur que la femme est en train de donner naissance à son enfant. Le gardien demande des secours et quelques secondes plus tard, deux brancardiers arrivent avec un charriot à roulettes où ils tentent avec grands efforts de faire installer la jeune femme. Quelques dizaines de minutes plus tard, l’enfant est né : c’est un garçon. Sa maman heureuse n’a pas eu le temps de descendre du chariot. Le petit garçon qui a été prénommé Graham en l’honneur du pilote Graham Hill, fait honneur à sa parenté et à son prénom. Très tôt il montre vite des dispositions et des goûts pour tout ce qui roule. Chaque noël est une occasion pour ses parents de lui offrir un jouet pour encourager sa passion, espérant que celle-ci le conduira sur les circuits automobiles dont rêve son père. Tout y passe, youpala, tricycle, vélos, Karting, etc. mais à l’adolescence, Graham montre d’autres inclinations.

La littérature entre dans sa vie comme Léa, sa copine de classe. Pensant que son fils est soumis à une tocade passagère, il décide de le faire entrer en session de formation BEP mécanique car çà au moins c’est un métier. Graham se plie au désir de son père et son diplôme en poche il trouve un emploi et 4 ans plus tard épouse Léa. Mariage que son père et sa mère approuvent même si leur fils leur semble un peu jeune pour cela. A 20 ans, il a bien le droit de penser à autre chose qu’au mariage mais, cette fois-ci les parents n’osent pas le dévier de ses choix. Graham et Léa vivent un amour passionné et quelques mois après leur mariage, nait une fillette qu’ils prénomment, Anna Graham junior, clin d’œil du père, ironie du sort (anagramme). Quelques temps plus tard, Le père de Graham décède et avec l’argent de son héritage, il achète un garage ou il répare de magnifiques voitures de collection, appartenant à de riches propriétaires qui affluent de Monaco et Cannes. Anna Graham junior, grandit et montre une grande passion pour les chiens. Pour lui faire plaisir, son père en adopte plusieurs car elle souhaite devenir vétérinaire.

C’est au volant de sa voiture un soir d’hiver que Graham, par amour pour sa fille, évite de justesse un chien errant. Malheureusement, la voiture glisse sur une plaque de verglas et c’est l’accident. Immobilisé pendant plusieurs mois à l’hôpital, il renoue avec ses anciennes amours, l’écriture, lors d’un atelier du scénario proposé dans la maison de convalescence. Fascine par cette nouvelle activité, il s’y adonne pleinement le reste de sa vie, passant au garage souvent sous prétexte d’admirer les belles voitures et rencontrer les clients qui continuent d’y affluer en signe de soutien. Anna qui a compris les raisons de l’accident de son père, culpabilise beaucoup et abandonne ses études pour s’occuper de la comptabilité du garage

Toute vie a une fin et celle de Graham est bien triste car il décède le jour de l’anniversaire de son premier accident. En voulant descendre un trottoir, son fauteuil bascule à l’arrivé d’une automobile. Le choc est violent et il décède sur le coup. Anna sa fille apprend la nouvelle et se rue à la morgue où elle retrouve sa mère en larmes. Quelques temps plus tard, elle ramène sa mère chez elle et celle-ci lui donne une enveloppe cachetée. Dans cette enveloppe se trouve les dernières volontés de Graham.

Ce qui pourrait être une fin n’est qu’un début car Anna va s’obstiner à réaliser les vœux de son père : un enterrement de premier ordre comme il l’a imaginé. En effet, tout au long de sa vie depuis son accident Graham a imaginé des tas de scénarios et créer de nombreux courts métrages. Il a même aménagé dans son garage, une salle de projection dont l’existence était jusque-là inconnue de tous. La clef se trouve dans l’enveloppe ou Anna peut également y lire le scénario de l’enterrement que son père a écrit. Il y prévoit tout : de la cérémonie à l’instant ultime de la mise au caveau de famille. Léa s’assoit sur un des fauteuils de la petite salle de projection et commence à lire. Alors qu’elle arrive à la dernière page, elle éclate d’un fou rire si important qu’elle en pleure à se rouler par terre. Il est vrai que la situation est cocasse car Graham a prévu de faire venir tout le monde à vélo ou en trottinette pour son enterrement. Bien entendu, il y attend tout le gotha des richissimes propriétaires qui lui ont confié leurs voitures pendant toutes ces années. Le film se termine sur une scène qui est en soin la justification du titre. Tout le monde roule, habillé de noir, et la scène est cocasse car personne ne sait vraiment comment s’y prendre avec des vélos pour un enterrement. Devant, 4 hommes en noirs marchent en portant le cercueil de Graham. Jusque-là, tout paraît classique sauf que Graham a demandé en plus de tout çà de faire éditer une affiche de film dont il est bien entendu l’acteur principal. L’affiche représente Graham allongé sur un nuage (comme l’affiche de Bruce Tout puissant). Il tient un verre de champagne à la main et fait un clin d’œil. Sur l’affiche on peut voir le titre du Film «  Comme sur des roulettes » placé exactement au niveau des cuisses des porteurs du cercueil comme si en fait le cercueil marchait au contraire des suiveurs qui eux peinent à rouler. C’est bien entendu une projection du court métrage réalisé sur l’enterrement de Graham à laquelle assistent « tous les figurants involontaires » au cours d’une projection en avant-première de la quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes 2015 qui provoque l’hilarité de tout le public.

Dernière revanche sur la vie de la part de Graham.

PDP : Malgré l’amour filial, les désirs et les rêves inassouvis ou inconscients des parents, peuvent être ravageurs pour la destinée de leurs propres enfants.

22/05/2015

Nouvelle vie

Nouvelle vie, traitement de Sylvie.

Alexandre est étudiant à Paris en électrotechnique. C'est un jeune homme de 22 ans, réservé et peu sûr de lui, qui a jusqu'à présent mené une vie un peu terne et solitaire, assez loin de la vie insouciante et fêtarde de certains étudiants. Pour valider son master, il doit faire un stage de trois mois en entreprise. Il n'a pas trouvé de lieu de stage à Paris et c'est grâce à un ami de ses parents qu'il a trouvé une place en entreprise, mais c'est à Bordeaux !

Il lui faut sortir de son univers un peu étriqué mais rassurant. Devenir étudiant ne l'avait pas beaucoup changé de son ancienne vie de lycéen. Il avait continué à vivre chez ses parents en banlieue (les loyers sont tellement chers à Paris !) et à faire des allers-retours maison-université auxquels il n'avait pas introduit beaucoup de variété. Ce n'est pas un garçon sans intérêt pour autant, il est juste un peu trop réservé et plus préoccupé de nourrir ses centres d'intérêt personnels (musique, aéromodélisme, bandes dessinées, jeux vidéo) qu'intéressé à enrichir sa vie sociale.

Le voilà donc à Bordeaux où il a trouvé un petit studio dans le centre ville. Il s'installe de façon rudimentaire dans ce qui n'est qu'un pied à terre pour quelques temps. Il fait une première sortie dans le quartier, comme en repérage, et découvre ce que c'est qu'être seul. Jusqu'à présent il ne s'était pas vraiment posé la question. Il avais peu d'amis, c'est vrai, mais il était toujours attendu chez lui, ce dont finalement il se serait plutôt plaint (toujours obligé de dire ce qu'il fait, à quelle heure il rentre...). Le voilà subitement face à une vertigineuse liberté où la solitude devient palpable. Dans la rue les gens semblent savoir où ils vont, marchant d'un pas décidé, ou se déplaçant par petits groupes, des familles, des grappes d'amis...

Alexandre rentre chez lui dans l'idée de se réfugier dans un univers qu'il connait, celui des jeux vidéos avec ses amis virtuels du bout du monde. Mais avant de remonter à son étage, il fixe son nom sur sa boîte à lettres, qu'il ouvre. Il y trouve une enveloppe oblongue très colorée qu'il ramène chez lui. C'est drôle, cette lettre est adressée à Alexandre  Meunier. Bien sûr ce n'est pas son nom, sans doute celui du précédent locataire. D'ailleurs personne ne sait encore qu'il habite à cet endroit. Mais c'est son prénom et du coup c'est un peu comme si cette lettre lui était adressée. Il l'ouvre donc et trouve à  l'intérieur un carton d'invitation pour une soirée costumée.

Il pose cette lettre sur la cheminée et se prépare à passer la soirée en solitaire. Il va jouer un peu mais va rester raisonnable. Le lendemain il débute son stage et doit être opérationnel.

Avant de se coucher, son regard tombe sur le carton d'invitation qu'il reprend en mains et le voilà qu'il se dit qu'il pourrait peut-être s'y risquer. Après tout, il ne craint pas grand chose, il n'est que de passage dans cette ville et n'y connaît personne. Au pire, il passera une mauvaise soirée. Et puis, une soirée masquée c'est pratique, personne ne saura qu'il est un intrus.

Le lendemain Alexandre découvre ce qui l'attend pour les trois mois à venir : le trajet en tramway qui va devenir quotidien, l'entreprise qui l'accueille, assez peu chaleureusement d'ailleurs, et son responsable de stage, à peine plus âgé que lui mais qui semble prendre son rôle très au sérieux. Il le traite un peu avec condescendance. Alexandre se dit que trois mois ça va être long !

Le soir, Alexandre sort de chez lui habillé de façon assez rudimentaire et portant un sac à dos. Arrivé à l'adresse qu'il a repérée, il complète discrètement son déguisement dans le hall de l'immeuble. Il en ressort métamorphosé en Wolverine.

Et la jeune fille qui lui ouvre la porte est habillée en Vipère ! Le voilà tout de suite accueilli et intégré dans la soirée.

L'ambiance est bonne. Alexandre danse, rit et s'amuse sans retenue, comme libéré par l'anonymat. Tellement libéré qu'il monte sur une table et mime un combat de X-men avec avec un invité habillé en Hulk et remporte la préférence de Vipère.

La soirée touche à sa fin, les masques doivent tomber. Alexandre se découvre et Hulk enlève son masque également : c'est avec son référent de stage qu'il a combattu !

Alexandre vient de découvrir qu'en province le monde est tout petit !

08/05/2015

L’inconnue du Canal

Voici le traitement de Gérard à partir de l'un de ses synopsis : "L’inconnue du Canal". Vous pouvez réagir en commentaires. 

Morne paysage sous un ciel gris et chargé, coincé entre la fin d’une banlieue industrielle et un début de campagne désert et sans charme.

Une petite voiture noire roule le long d’un chemin de terre bordant un canal d’eau boueuse. Laura, le regard fixe et vide, ressasse les tristes évènements de sa vie.

La mort subite et inexpliquée de son enfant dans son berceau, la détresse d’Alfonso qui secoue le bébé au visage déjà bleu avant de foncer vers les urgences ; la confirmation du décès par l’équipe de réanimation malgré plusieurs tentatives.

Par désespoir, son ami a préféré la fuite et quitté le domicile pour partir à l’étranger, la laissant seule et désemparée.

La voiture s’arrête, elle en sort avec une élégance naturelle et repousse la portière avec négligence. Est-elle distraite ? Pourtant sa démarche reste volontaire et déterminée. Elle parcourt cent mètres vers un pont métallique piétonnier. Elle s’y engage pour rejoindre l’autre rive. Un accès de colère contre l’adversité absurde et injuste de son sort monte en elle. Avec méfiance, elle regarde aux alentours à plusieurs reprises pour s’assurer de pouvoir accomplir son funeste projet.

Stoïque elle s’arrête, ferme les yeux, respire fort pour intensifier sa concentration à confirmer son obstination d’en finir. Dans un élan, elle enjambe la rambarde et se jette dans le vide.

Sa chute impacte avec violence la surface de l’eau froide. Elle est transie, lève son beau visage vers le ciel comme pour implorer du courage ; mais, tout son corps pourtant tétanisé, mu par des réflexes d’ancienne sportive, s’insurge contre son envie de mourir. Elle plonge de nouveau dans le flot pour s’anesthésier, aspirer l’eau, bloquer sa respiration. Quelqu’un appelle, elle entend un cri.

Benjamin, cheveux au vent sur son vélo, se laisse divaguer avec adresse entre les flaques et les ornières du chemin. Il garde son équilibre à la faveur de savantes contorsions et cabre aussi sa bécane pour se défier en de nouvelles prouesses. C’est un jeune homme mince et téméraire ; il a vu au loin une ombre sauter et perçut le choc. D’un trait, il fonce, quitte son engin et se jette dans le canal.

Elle vient de comprendre que mourir ne sera pas facile. Elle doit se battre pour revendiquer sa mort. Qui sera le plus rapide ? Elle, dans sa résolution à se noyer ou celui qui s’approche pour la sauver. « Arrêtez, arrêtez » crie le garçon. Si elle attend d’être affaiblie, elle deviendra une proie facile pour son sauveur qui la traînera en lieu sûr sur la berge, pratiquera les premiers secours, appellera les pompiers et la police. Ainsi, elle se verra sauvée et ridiculisée.

Tout a changé. Au lieu de se laisser couler elle respire et reprend des forces. Il est déjà face à elle. C’est un bel adolescent qui veut être célèbre, avoir sa photo dans les journaux, raconter partout son exploit. Il tend déjà une main vers elle pour l’agripper. Au lieu d’esquiver elle la saisit, la serre et la tire vers le fond. Surpris par la force de l’emprise, dans un dernier regard affolé, il ne dira plus rien. Elle tient fermement son bras et fait poids pour maintenir sa tête immergée. Il s’énerve, se démène pour se dégager, tente de la frapper du poing resté libre ; puis cesse peu à peu de s’agiter. Elle est fatiguée et tremblante. Il est sous elle, vaincu, inerte et mou. Elle sait que celui qui a essayé de lui voler sa mort ne bougera plus. Livide, il sombre entraîné part le courant. La vigueur retrouvée a brisé sa détermination d’en finir. Épuisée, elle rejoint la rive, s’extrait de la vase et sort de l’eau.

L’angoisse la saisit alors que la répétition du suicide est abandonnée. Si auparavant tout avenir n’existait plus, désormais elle est devenue une meurtrière. Il faut se taire, tout cacher, ne laisser aucune trace visible de son méfait. Elle a froid et son tailleur trempé dégouline d’eau sale. La clé de contact oubliée pend sur le tableau de bord. Lucide et pressée, elle repart. Elle va devoir se dissimuler pour rejoindre son appartement ; se faufiler dans le hall de l’immeuble en passant devant la loge du concierge et monter les escaliers en restant inaperçue.

07/05/2015

Deux synopsis de Gérard

Voici deux nouveaux synopsis de Gérard. Nous nous voyons demain, 14h00 !

1° " Marine est une jolie quadra en mal d'enfant. Pour son anniversaire, ses amis lui offrent un Tamagochi. Cadeau empoisonné, elle doit s'en occuper pendant des heures. Entre culpabilité et chagrin, elle souhaite s'en débarrasser. Un événement inattendu de l'actualité va l'encourager dans sa décision."

2° "Benjamin, seize ans, passe le week-end chez la meilleure amie de sa mère. En riant de leurs blagues, ils ont préparé le dernier dîner ensemble. A l'issue du repas aux chandelles, Fanny lui dit simplement : " Tu peux rentrer chez tes parents et rester un petit garçon, ou tu passes la nuit ici et deviens un homme..." Benjamin perplexe s'interroge ?"

25/04/2015

De nouveaux synopsis

Proposition de Magali

Sophie, jeune violoniste prépare le célèbre concours d'entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique. En grande difficulté financière, elle se voit dans l'obligation d'accepter un contrat d'intérim en tant qu'aide à la personne.

Pour son premier jour elle à rendez vous chez Mr Albert Zyberstein, jeune veuf acariâtre d'à peine 88 ans.

Ils vont devoir s’apprivoiser...mais ne sont pas au bout de leurs surprises.

Proposition d'Isabelle

"Félix"

Dans les années 1840, Félix est un jeune peintre pleinement heureux de son art et jouissant auprès de la bourgeoisie parisienne d'une très rentable réputation.

C'est en peignant le portrait de la femme d'un riche banquier qu'il entend parler pour la première fois des photographies de Daguerre. Il comprend alors très vite qu’un véritable cataclysme s'est abattu sur sa profession : comment résister à cette soudaine concurrence dévastatrice que représente l'invention de la photographie ?

Proposition de Gérard

" Un canal dans le nord de la France.

Elle, Laura, une ancienne championne sportive, abandonnée par son conjoint après la perte de son enfant, a décidé d'en finir.

Lui, Sébastien, un tout jeune homme qui cherche la renommée, épris de liberté sur son vélo, va tenter d'empêcher le drame.

Mais parfois, avec les meilleures intentions du monde, le sauveur devient la victime. "

24/04/2015

Synopsis de Sylvie

Propositions de synopsis Sylvie

Jalousies et conséquences : Laura aime Jamel, ils sont jeunes, beaux et pleins d'idéaux. Mais Laura est courtisée par toutes sortes de jeunes gens dans le snack où elle travaille et Léo, qui est jaloux de la complicité de ce couple, incite Jamel à croire que Laura n'est pas sérieuse. Le venin de la jalousie s'immisce dans le couple. Laura en parle à sa copine Virginie qui lui dit que cette histoire lui rappelle quelque chose. Est-ce que Léo ne serait pas un Iago et Jamel un Othello ? Attention, dit-elle, cette histoire finit très mal !

Jeu dangereux : Sophie reçoit une lettre d'un mystérieux inconnu qui lui propose une rencontre. Que va-t-elle faire? Céder à la curiosité ou pas ...

Nouvelle vie : Alexandre part à Bordeaux pour un stage de formation. Il n'y connait personne et est d'un naturel réservé. Alors qu'il craint d'avoir devant lui 6 mois de solitude, il trouve dans sa boîte à lettres une invitation pour une soirée masquée, destinée au précédent locataire sans doute. Il est tenté d'entrer dans le jeu ...

21/04/2015

Le synopsis de Laurence et Julien

Deux versions pour un même projet intitulé Super 8 par Laurence et Julien Barlier. Vous pouvez là encore laisser vos remarques et réactions en commentaire.

Version 1 :

John, qui a retrouvé dans le grenier de son père un film Super 8 dont l’enveloppe porte l’inscription : « pour John, S8 », rentre dans un magasin de photos afin de le faire développer. Dans le magasin, le jeune vendeur obtus et monologuant lui loue les vertus du numérique et dédaigne la requête de John malgré l’insistance de ce dernier. S’ensuit un dialogue de sourd et John, abattu, va alors s’enfermer dans ses pensées, imaginer un monde où le chiffre 8 n’existe plus et va se fantasmer en super héros, sauveur de ce chiffre interdit et miraculeux, symbole d’infini…

Version 2 :

John vient d’enterrer son père. Seul dans la maison paternelle, il respire une dernière fois les moments qui ont baigné son enfance. Arrivé dans le grenier, il fouille dans les innombrables caisses entreposées ici depuis des années, et découvre une boite à chaussure contenant de vieilles bobines super 8, dont un film l’intrigue tout particulièrement. L’enveloppe de ce film porte une inscription  dont une partie reste illisible: « pour John, xxxxxxheros, S8 ».  Il décide donc d’aller le faire développer. Dans le magasin, il est reçu par un jeune vendeur obtus et monologuant qui lui loue les vertus du numérique. Totalement hermétique au super 8, période qu’il n’a pas connue, et ne jurant que par le progrès, il méprise, plein d’outrecuidance et de sarcasmes, la requête de John et ce malgré l’insistance de ce dernier. Un dialogue de sourd s’ensuit et John, abattu devant tant de bêtise, va alors s’enfermer dans ses pensées, cauchemarder un monde où le chiffre 8 n’existe plus et va se fantasmer en super héros, sauveur de ce chiffre interdit et miraculeux, symbole d’infini…

20/04/2015

Les synopsis de Patricia

Voici les trois synopsis de Patricia après une première réécriture. Vous pouvez laisser vos avis ou remarques en commentaires.

Une journée ordinaire.

Alors qu’elle commence sa première journée d’embauche au Carlton à Cannes, une jeune femme de chambre trouve une lettre dissimulée sous un tapis. Son premier réflexe est de continuer son travail sans la toucher mais la curiosité prend le dessus. Elle prend la lettre et la pose sur le chariot de ménage. En sortant de la chambre, elle voit un homme surgir du fond du couloir. Bien que ce soit en plein jour, cette présence la fait frissonner. Sans réfléchir à son geste, elle cache la lettre dans la poche de son tablier. Le geste n’échappe pas à l’homme qui la croise en lui jetant un regard suspect.

Comme sur des roulettes

Un bébé nait dans une maternité de Nice. C’est un petit garçon. Fils de conducteur de camion, l’enfant espiègle devient très tôt passionné par tout ce qui roule, youpala, tricycle, vélo, scooter, voiture. Il se marie et devient papa d’une fillette passionnée par les chiens. Un soir, en rentrant chez lui, il a un grave accident en voulant éviter un chien errant. Il passera le reste de sa vie dans un fauteuil roulant. Pendant sa convalescence, Il assiste à un atelier d’écriture du scénario et il se met à imaginer son enterrement qu’il écrit sous forme de testament. Il le confie aux bons soins de sa fille qui devra en réaliser les étranges dernières volontés.

Tombée du ciel

En plein hiver, au petit matin dans un village près de l’Observatoire, au-dessus de Nice, un jeune homme s’apprête à partir au travail en voiture. Il est en retard. En marchant jusqu’au parking en contrebas, il aperçoit un éclair dans le ciel et aussitôt après, il entend un bruit de collision. Il est stupéfait : sa voiture a été impactée par un éclat de météorite. Son premier réflexe est d’appelé le service d’assistance de sa compagnie d’assurance mais le conseiller lui raccroche au nez croyant à un canular. Tout se complique quand, au fond du parking, il voit un véhicule arriver tous feux éteints.

08/04/2015

Atelier d'écriture de scénario 2015 à la Médiathèque de Cannes

L'association Regard Indépendant propose la mise en place d'un atelier d’initiation à l’écriture de scénario de court-métrage dans le cadre de la Médiathèque de Cannes.

Première séance samedi 11 avril à 14h00

L'atelier s'adresse à tous ceux qui souhaitent s’initier à la création cinématographique à travers les particularité de l'écriture de scénario et l'analyse filmique : public scolaire, étudiants, amateurs, cinéphiles de tous âges, passionnés d'écriture et de cinéma.

L’atelier sera structuré en 6 séances de mars à juillet. samedi de 14h à 16h30 le  11 avril, 25 avril, 09 mai, 30 mai, 06 juin, 27 juin.

Il sera suivi d'une soirée de lectures publique des scénarios réalisés à programmer en septembre-octobre

Les participants seront invités à développer un scénario de court-métrage. L'atelier organisera l'échange interactif autour des travaux des participants : Lectures et analyses en commun, lectures critiques par les intervenants entre deux cours, réécriture et résolution des problèmes de récit.

Woody-Allen-typing.jpg

Seront abordés les points suivants :

  • Le monde du court métrage en France : Son histoire, ses réseaux, le rôle des associations, les aides et les festivals.
  • Initiation pratique aux techniques de base de présentation et de rédaction d’un scénario de court métrage en s’appuyant sur des exemples concrets. Cette partie approchera les spécificités de la rédaction d’une continuité dialoguée. Initiation à la dramaturgie. Les différents schémas.
  • La proposition dramatique principale.
  • Les personnages.
  • Les dialogues.
  • Les différentes étapes de l'écriture : synopsis, traitement, séquencier, continuité dialoguée.
  • Lecture et analyse d’un scénario lors des commissions et par les producteurs.
  • Projection d'extraits de films et exemples concrets d'écriture cinématographique. Notions de mise en scène et de montage.

Blog : Le travail de l’atelier et le suivi des projets s’effectue à travers un blog sécurisé ouvert pour l'occasion : http://latelier.hautetfort.com/

Cet espace interactif permet d’assurer une continuité dans les échanges tout au long de l’année et de multiplier les informations, l’actualité du scénario et de diffuser de nombreux documents. Il sera animé par Vincent Jourdan, président de l’association Regard Indépendant.

Animateur : Vincent Jourdan, Président de l'association Regard Indépendant, organisateur des Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

Organisation :

  • 6 séances de deux heures et demi de mars 2015 à juillet 2015
  • Horaire : Samedi de 14h00 à 16h30
  • Effectif : 12 participants maximum
  • Matériel : Tableau
  • Lecteur DVD + écran ou téléviseur
  • Inscription : Médiathèque de Cannes

Calendrier :

  • Séance 1 : Présentation et objectifs / Les étapes d'un scénario / Le récit au cinéma écrit, Image et montage / Le synopsis / Film 1
  • Séance 2 : Exercices sur le synopsis / Théorie de la Proposition Dramatique
  • Principale / Film 2
  • Séance 3 : La structure du récit (Exposition, élément déclencheur, développement, climax, résolution) / La Nomenclature / Le personnage / Film 3
  • Séance 4 : Traitement / Écriture de la continuité dialoguée / Film 4
  • Séance 5 : Travail sur les continuités dialoguées / Le dossier d'accompagnement / Film 5
  • Séance 6 : Travail sur les continuités dialoguées et finalisation / Les festivals de courtmétrage / La note d'intention / Film 6

Contact :

Vincent Jourdan

regardindependant@gmail.com

06 23 07 83 52

Christine Cecconi

Service vidéothèque

Médiathèque de Cannes

1 Ave Jean de Noailles

06400 Cannes

Tel : 04 97 06 44 83

26/03/2015

28 et 29 mars - Formation super 8

Pour préparer les cinquante ans du super 8, le film collectif et la collection 2015, l'association Regard Indépendant propose un week-end d'initiation et de formation au super 8 les samedi 28 et dimanche 29 mars au CLAJ Clairvallon de Nice, au 26 avenue Scudéri, 06100 Nice.

L'association prend en charge les frais de location. Il est nécessaire d'être à jour de ses cotisations 2015 pour participer aux journées.

Accès : http://www.clajsud.fr/vacances_nice.a1.fr.html

Repas : possibilité d'achat sur place ou d'apporter son pique-nique.

Programme : le week-end sera divisé en quatre modules, il n'y a pas d'obligation de participer aux quatre, mais le premier est fortement recommandé. Un apéro sera organisé en fin de journée le samedi après-midi.

Horaires : 9h00/12h00 et 13h30/17h00 (merci d'être ponctuel) :
  • Samedi matin : Présentation, organisation de la collection et du film collectif, règlement, planification, gestion des droits, etc.
  • Samedi après-midi : Utilisation du matériel sur caméras (vous pouvez apporter les vôtres), théorie du tournage en super 8 tourné-monté règles et retour d'expériences, formation photographie.
  • Dimanche matin : Travail sur le scénario en deux groupes: film collectif et films individuels.
  • Dimanche après midi : travaux pratiques en super 8, bobines d'essais, mise en situation avec matériel. Bilan du week-end.
Merci de confirmer votre participation, 20 places maximum. 

Soutenez le projet des 50 ans du super 8 sur Ulule : http://fr.ulule.com/regardindependant-50ans/